seniors assurance obseque
- SANTE

Senior & assurance décès : Les précautions à prendre à la souscription

Souscrire une assurance décès est une précaution destinée à laisser à vos proches une somme d’argent qui leur sera versée afin de leur venir en aide financièrement. Contrairement à la convention obsèques, elle n’est pas destinée à régler les frais inhérents aux obsèques. Pour que cette assurance atteigne son objectif, elle doit être choisie avec soin.

Bien comprendre le contrat avant de souscrire

L’assurance décès est différente de l’assurance vie en particulier parce que ce n’est pas un placement financier. Contrairement à l’assurance vie, les versements sont effectués à fond perdu, ce qui signifie que si vous résiliez votre contrat, vous ne récupérez pas de capital.

Le principal avantage de ce contrat de prévoyance tient à sa fiscalité qui est avantageuse. Le capital versé échappe à la succession. Par contre, la prime versée la dernière année est imposable à 20% après abattement, celui-ci étant calculé en fonction de l’âge. Le plus souvent, les bénéficiaires ne paient pas d’impôt sur le versement du capital dans le cadre d’un décès.

C’est à vous de choisir votre bénéficiaire et si vous désirez en changer, vous pouvez le faire par lettre recommandée.

Assurez-vous de pouvoir cotiser sur la durée

Évaluez vos possibilités immédiates, mais aussi celles que vous aurez une fois en retraite. En effet, les cotisations mensuelles varient non seulement en fonction du capital que vous souhaitez transmettre, mais également en fonction de votre âge et de votre état de santé.

Par exemple, pour un capital de 10 000 euros, vous réglez 40 euros par an si vous avez 50 ans, mais la cotisation passera à 100 euros et même 250 euros à 70 ans et ainsi de suite au fil des années. Il est donc important d’anticiper cette hausse et d’étudier sa capacité financière des années à venir.

Avant de signer votre contrat, vérifiez qu’une clause vous permet de revoir le montant du capital à la baisse et ainsi de bénéficier de mensualités plus basses. Faites attention, cette démarche est possible généralement jusqu’à 65 ou 75 ans seulement.

Vous pouvez payer vos cotisations mensuellement, mais elle est notifiée en montant annuel sur le contrat. Vérifiez que cette opération n’entraine pas de frais

Bien cerner la notion de capital versé

Il est nécessaire de faire en sorte que le capital garanti soit suffisant pour que vos proches soient réellement à l’abri du besoin. Il n’est pas simple pourtant d’évaluer celui-ci, car le montant varie avec les contrats entre 15 000 et 900 000 euros. Prenez le temps de bien étudier les possibilités !

Sachez enfin que la plupart des contrats prévoient un capital garanti qui baisse suivant l’âge et à partir de 76 ans. Il peut ainsi ne plus représenter à un âge avancé qu’un tiers du montant prévu.

Les limites de la garantie invalidité

Dans la plupart des contrats, l’invalidité totale fait partie des garanties proposées. On la retrouve sous différentes expressions : invalidité permanente et absolue ou définitive, etc. Mais elle se réfère dans tous les cas au diagnostic du médecin-conseil de l’assurance : « état qui vous place dans l’impossibilité totale et irrémédiable de vous livrer à tout travail, et nécessitant l’assistance d’une tierce personne pour accomplir les actes ordinaires de la vie courante ».

Si vous rentrez dans ce cadre, le capital vous est versé et votre contrat prend fin. Les personnes vous aidant ont droit à des services d’accompagnement comme une assistance administrative.

À savoir aussi…

Sachez cependant que la plupart des invalidités sont évaluées à 69%, ne donnant pas droit au versement. Prêtez attention aux exclusions, délai de carence et restrictions. Vérifiiez les clauses dans le cadre desquelles votre contrat ne fonctionnera pas. La couverture concerne souvent le décès accidentel avec des exclusions comme les sports à risques, la guerre, l’explosion, le suicide…

Vérifiez également les délais de carence qui figurent dans de nombreux contrats, on entend par là le temps entre la signature et le moment où la garantie prend effet (de 48 heures à plusieurs mois).

Au niveau médical, pour un capital n’excédant pas 80 000 euros et jusqu’à 60 ans, il suffit de remplir le questionnaire médical, au-delà il faudra passer devant le médecin-conseil.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *